Football bourg en bresse peronnas 01

Vibrez avec les Bleus

OL National FFF

«Il faudra tout donner»

Gilles Garnier, le co-Président bressan, appréhende les matches de barrage contre Grenoble avec sa passion habituelle et une confiance renouvelée dans ses joueurs.

Président, comment avez-vous vécu cette dernière journée de championnat contre Sochaux (2-1) ?

Je suis avant tout satisfait de la prestation des joueurs qui sont allés chercher cette victoire si importante, puisque Quevilly a gagné dans le même temps devant Lorient. Il fallait gagner, ils l’ont fait. Et puis j’ai pris du plaisir. On a vu des plus mauvais matches (sourires). J’ai trouvé le groupe impliqué et concerné par l’enjeu de cette fin de saison. Moi, je vis le foot avec beaucoup d’émotion. Contre Sochaux c’était une émotion positive, même s’il y a eu aussi un peu de stress quand ils ont réduit la marque, car nous avons souvent pris des buts. Mais les joueurs ont su garder le score et se montrer solides. Même si, aujourd’hui, le travail n’est pas fini.

Que vous inspire le fait de croiser Grenoble en barrages ?

Déjà Grenoble m’inspire une pensée amicale pour Thierry Emin, mon homologue de l’US Oyonnax rugby, pour qui j’ai beaucoup de respect. J’imagine sa déception après leur défaite à Grenoble en barrage et leur relégation en Pro D2. J’aurais aimé qu’ils restent en Top14. Mais je suis persuadé qu’ils vont y revenir très vite.

Vous pourrez les « venger » finalement ?

J’espère surtout que Grenoble ne sera pas le chat noir de l’Ain. Il y a un petit parfum de derby. Les compteurs sont à zéro, même si nous avons l’avantage de recevoir au match retour. Et il faudra se servir de cet avantage. Personnellement je n’ai pas vu jouer cette équipe de Grenoble. Il faut surtout s’occuper de nous, être irréprochables dans l’engagement. De ce point de vue-là, je ne me fais pas trop de souci. Au club, nous avons tous quelque chose à tirer de ce maintien en Ligue 2 : les joueurs sur leur CV, le staff, les dirigeants bénévoles... Ce serait vraiment dommage de passer à travers. Après, un match n’est jamais joué d’avance, on le voit en Coupe de France. Le terrain décide. Mais il faudra sortir la tête haute et ne rien avoir à regretter.

Quel message allez-vous faire passer au groupe cette semaine ?

Nous sommes arrivés à un point où il n’y a pas de grand discours à faire. Les joueurs sont des adultes, ils sont responsables. Nous devons être auprès d’eux pour leur montrer notre confiance en eux et les encourager.

Il y a eu des incidents après le dernier match de Grenoble. Qu’attendez-vous de la commission de discipline ?

J’ai une pensée pour les dirigeants de Grenoble qui sont sûrement très peinés de ce qui s’est passé. Je suppose qu’il y aura des sanctions car on ne peut pas laisser passer ce genre de choses (ndr : envahissement du terrain et joueurs adverses pris à partie). Après, c’est le problème de Grenoble pas le nôtre.  Nous allons peut-être jouer le match aller devant des tribunes vides, mais si on veut continuer à faire du foot une fête en enlevant les grillages autour des terrains, ce genre de comportement n’est pas possible. Il faut avoir conscience que cela desserre le foot.

Le soutien des supporters justement sera important au match retour ?

Bien sûr. Comme lors des derniers matches à Verchère, il faudra ce soutien des supporters le 27 mai. Les joueurs sentent que le public les pousse, c’est un « boost » supplémentaire pour ne pas lâcher sur le terrain. Tous les abonnés seront invités pour ce match, on compte sur une ferveur importante.

A l’occasion d’un week-end chargé à Verchère avec le rugby qui jouera la veille…

Il y a de l’engouement sur le Territoire au foot comme au rugby, c’est bien. On joue chacun pour un destin différent, mais cela engendre une forte émulation à Bourg. On a échangé cette semaine avec Jean-Pierre Humbert, le président du rugby. Le seul petit bémol sera peut-être la pelouse si les conditions climatiques restent pluvieuses. Pour le reste, la montée du foot a permis d’accélérer les travaux de modernisation du stade et tout le monde en profite. Nous en Ligue 2 et eux en Pro D2, ça me va très bien. Mais ce que je souhaite le plus c’est bien sûr notre maintien en Ligue 2.

Sportivement, pensez-vous que la différence soit importante entre le FBBP01 et le GF38 ?

Pour moi, la différence existe entre le 3e de National et le 18e de Ligue 2. Cette différence doit se voir sur le terrain. Si on est capable d’aligner un match comme contre Sochaux, on ira chercher notre maintien. Aujourd’hui, si les deux équipes en sont là, c’est qu’elles ne méritaient pas mieux. Ni de se maintenir directement pour nous, ni de monter directement pour eux. Mais on ne fera aucun complexe de supériorité. Il faudra simplement se battre sur deux matches et tout donner.

 

 

Partenaires majeurs

Groupama rhone-alpes auvergne
Degomme Boccard
l'Ain le Département
Bourg-en-Bresse La Belle Rencontre
LPN Omni service Hygiène et Propreté
Couleurs de l'Ain
Pi Install
Intermarché
France Boissons
Intersport Cap Emeraude
Nike